Le portail a été désactivé. Veuillez contacter l'administrateur de votre portail.

Vidéo de question : Calculer des rapports phénotypiques à partir d’un échiquier de Punnett complété Biologie

Indiquer le rapport phénotypique (dominant sur récessif) pour l’échiquier de Punnett fourni.

03:04

Transcription de vidéo

Indiquer le rapport phénotypique, dominant sur récessif, pour l’échiquier de Punnett fourni.

Afin de répondre à cette question, nous devons examiner quelques termes clés. Un phénotype désigne les caractéristiques observables d’un organisme. Par exemple, supposons qu’un petit pois produit deux gousses de couleur différente, verte et jaune. Ces deux couleurs représentent deux phénotypes différents. Le phénotype est déterminé par l’expression de certains gènes. L’ensemble des gènes qui déterminent le phénotype s’appelle le génotype. Les pois sont diploïdes et contiennent donc deux ensembles de chromosomes. Un ensemble est hérité de chacun des deux parents biologiques.

Puisqu’il y a deux ensembles de chromosomes, les deux exemplaires de gène peuvent être légèrement différents l’un de l’autre, appelés des allèles. Un allèle est dit dominant parce que lorsqu’il est présent, son phénotype est exprimé. Et on dit qu’il est récessif lorsqu’il faut deux copies pour exprimer son phénotype. Afin de faire correspondre les allèles avec ceux de l’échiquier de Punnett de cette question, nous indiquerons l’allèle dominant de la couleur verte avec un G majuscule et l’allèle récessif de la couleur jaune avec un g minuscule. Nous pouvons utiliser un échiquier de Punnett pour déterminer la distribution de ces allèles dans la descendance.

Redessinons l’échiquier de Punnett et colorons les différents allèles pour simplifier les choses. Tout d’abord, écrivons les allèles individuels pour le premier pois, puis pour le deuxième pois, puis les différentes combinaisons de ces allèles ou génotypes de la descendance résultante. Maintenant, regardons les différents génotypes pour déterminer quels seront les phénotypes correspondants. Effaçons ces définitions afin de déterminer le nombre de descendants de cet échiquier de Punnett ayant le phénotype vert dominant ou jaune récessif. Cela nous servira à déterminer le rapport phénotypique qui nous est demandé dans cette question.

Lorsque la plante à pois a deux copies de l’allèle vert, le phénotype est la couleur verte. Alors colorons cette case en vert pour indiquer que ce génotype correspond au phénotype vert. Et nous allons marquer ici le nombre de phénotypes de couleur verte. Le prochain génotype que nous allons examiner a deux copies de l’allèle récessif. Cela produit le phénotype jaune. Alors, que se passe-t-il lorsque nous avons une copie de l’allèle vert dominant et une copie de l’allèle récessif jaune? Comme dit précédemment, c’est l’allèle dominant qui détermine le phénotype. Ainsi, une plante à pois avec un allèle dominant et un allèle récessif donnera toujours un phénotype dominant de couleur verte. Alors colorons le reste des cases sur l’échiquier de Punnett et comptons les.

Comme nous pouvons le voir, il y a un total de trois phénotypes verts dominants et un phénotype jaune récessif. Par conséquent, le rapport phénotypique, dominant sur récessif, pour l’échiquier de Punnett fourni est de trois pour un.

Nagwa utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus sur notre Politique de Confidentialité.