Le portail a été désactivé. Veuillez contacter l'administrateur de votre portail.

Vidéo de la leçon : Détermination du sexe chez l’humain Biologie

Dans cette vidéo, nous nous entraînerons à définir les chromosomes sexuels chez l'humain, et à expliquer leur rôle dans la détermination du sexe d’un fœtus.

09:07

Transcription de vidéo

Dans cette vidéo, nous allons apprendre comment le sexe biologique est déterminé chez l’Homme par les chromosomes sexuels appelés X et Y. Nous allons apprendre comment ces chromosomes sont transmis et le rôle que jouent les gamètes humains, le spermatozoïde et l’ovule, dans ce processus.

Le sexe biologique chez l’Homme est en grande partie déterminé par les chromosomes sexuels. Nous appelons ces chromosomes X et Y. Les chromosomes humains sont organisés en paires, avec un chromosome hérité de chaque parent. Si un individu hérite de XX, il sera biologiquement féminin, et s'il hérite de XY, il sera biologiquement masculin. Vous pouvez voir sur ce dessin que chez l’Homme, le chromosome Y chez beaucoup plus petit que le X. Examinons de plus près ces chromosomes et d’où ils viennent.

Ce dessin représente un caryotype humain. Un caryotype est une image de tous les chromosomes d’une cellule. Ce caryotype provient d’une cellule somatique typique, c’est-à-dire une cellule diploïde présente dans le corps humain. Les 22 premières paires de chromosomes d’une cellule somatique sont appelées autosomes. Ce sont les chromosomes qui ne déterminent pas le sexe biologique d’un organisme. La 23e et dernière paire correspond aux chromosomes sexuels. D’après ce que nous avons appris jusqu’à présent, pensez-vous que ce caryotype montre les chromosomes de la cellule d’un homme ou d’une femme? Puisque nous voyons que ces deux chromosomes sont différents, l’un est grand et l’autre est petit, nous savons que ce sont un X et un Y et que cette personne est très probablement biologiquement masculine.

Ces dessins montrent les caryotypes de deux gamètes issus du même individu. Un gamète est une cellule reproductrice, le spermatozoïde chez l’homme et l’ovule chez la femme. Puisque notre exemple est un homme, les gamètes qu’il produit seront des spermatozoïdes.

Quelles différences remarquez-vous entre les chromosomes de la cellule somatique et les chromosomes des gamètes? Eh bien, nous pouvons voir que le gamète possède la moitié du nombre de chromosomes de la cellule somatique. La cellule somatique possède 46 chromosomes organisés en paires homologues. Pour chacune de ces paires, un chromosome a été hérité de la mère, et l'autre du père. Chaque gamète possède 23 chromosomes. Chaque gamète ne porte qu’un des chromosomes que nous voyons par deux dans la cellule somatique.

Qu’en est-il des chromosomes sexuels? Puisque chaque gamète hérite d’un chromosome de chaque paire, le spermatozoïde peut porter un chromosome X ou Y à transmettre à sa progéniture. Et l’ovule? Eh bien, puisque la cellule somatique d’une femme aurait deux chromosomes X et aucun chromosome Y, tous les ovules produits par une femme porteront un chromosome sexuel X. Simplifions un peu notre représentation, et concentrons-nous sur les chromosomes sexuels.

Un échiquier de Punnett est un outil utilisé par les scientifiques pour prédire l’hérédité de certains caractères. Essayons d’en utiliser un ici. Nous avons appris que tous les ovules d’une femme porteront un chromosome sexuel X, tandis que les spermatozoïdes d’un homme peuvent porter un chromosome X ou Y. Cela nous indique que tous les enfants héritent invariablement d’un chromosome X de leur mère, alors qu’ils ont une chance égale d’hériter d’un chromosome X ou d’un chromosome Y de leur père.

Ainsi, il y a 50 pourcent de chances que la progéniture de tout couple humain hérite de deux chromosomes X et soit biologiquement féminine, ainsi que 50 pourcent de chances d’hériter d’un X et d’un Y et d’être biologiquement masculine. Puisque le spermatozoïde peut apporter un chromosome X ou un chromosome Y, alors que l’ovule ne peut apporter qu’un chromosome X, le sexe de la progéniture est déterminé par le spermatozoïde, ou gamète masculin.

Nous avons déjà noté que le chromosome Y est beaucoup plus petit que le chromosome X. Tout le monde hérite d’au moins un chromosome X, et le chromosome X contient de nombreux gènes différents qui remplissent de nombreuses fonctions différentes. Le chromosome Y contient très peu de gènes, et ces gènes sont presque tous associés à des caractéristiques masculines. Qu'une progéniture hérite des chromosomes sexuels XX ou X Y, le développement du fœtus sera le même jusqu'à environ six semaines et sera par défaut féminin. À environ six semaines, un gène sur le chromosome Y appelé SRY devient actif. Ce gène déclenche le développement de caractéristiques masculines, raison pour laquelle les descendants qui héritent d’un chromosome Y naîtront biologiquement masculins.

Dans de rares cas, un gène SRY est transféré au chromosome X, ce qui peut entraîner la naissance d’une progéniture qui possède deux chromosomes X mais présente des caractéristiques masculines. Dans d’autres cas rares, la progéniture peut hériter de plus de deux chromosomes sexuels. Dans ces cas, en raison de la présence d’un chromosome Y, ces enfants auront également des caractéristiques masculines.

Maintenant que nous en savons plus sur les chromosomes X et Y, leurs caractéristiques, leur hérédité et comment ils déterminent le sexe biologique, essayons une question d’entraînement.

Laquelle des propositions suivantes décrit correctement le contenu chromosomique de la cellule somatique d’une femme? (A) 46 autosomes plus XY, (B) 23 autosomes plus XY, (C) 44 autosomes plus XX, (D) 46 autosomes plus XX ou (E) 44 autosomes plus XY.

Cette question nous demande de décrire les chromosomes, autosomes comme chromosomes sexuels, que nous nous attendrions à trouver dans une cellule somatique typique d’une femme. Tout d'abord, nous devons nous rappeler les chromosomes que l'on trouve dans une cellule corporelle ou somatique typique, ainsi que les chromosomes sexuels que l'on s'attend à trouver chez une femme. Ceci est un schéma de base d’une cellule somatique typique. Les cellules somatiques sont les cellules que vous trouvez n’importe où dans l’organisme humain. Elles sont différentes des gamètes, ou cellules reproductrices, que vous ne trouverez que dans le système reproducteur.

Les cellules somatiques sont dites «diploïdes» parce qu’elles possèdent des chromosomes par paires. Les gamètes ou cellules reproductrices sont considérés «haploïdes» car ils possèdent la moitié du nombre typique de chromosomes, ce qui est essentiel à la reproduction. Ici, j’ai dessiné un caryotype, qui est une photographie de tous les chromosomes d’une cellule tels qu’ils apparaissent lors de la division cellulaire. Les cellules humaines possèdent 23 paires de chromosomes dans les cellules diploïdes. 22 de ces paires de chromosomes n’influencent pas le sexe biologique et s’appellent des autosomes. Chez les humains, la 23e paire de chromosomes est responsable de la détermination du sexe biologique. Nous les appelons donc des chromosomes sexuels.

La dernière paire de chromosomes d’une cellule somatique humaine sera XX ou XY. Les humains qui possèdent des chromosomes sexuels XX sont généralement biologiquement féminins, tandis que les humains qui possèdent des chromosomes sexuels XY sont généralement biologiquement masculins. Nous avons maintenant toutes les informations dont nous avons besoin pour répondre à notre question. Les cellules somatiques d’une femme possèdent 22 paires d’autosomes, soit 44 autosomes, plus la 23e paire de chromosomes sexuels qui sont XX.

Essayons une autre question d’entraînement.

Quel gamète est responsable de la détermination du sexe du fœtus?

Cette question nous interroge sur les gamètes, qui sont des cellules sexuelles utilisées dans la reproduction. Elle nous demande quel type de cellule sexuelle est responsable de la détermination du sexe biologique, masculin ou féminin, de la descendance. Chaque cellule du corps humain qui n’est pas une cellule reproductrice est appelée cellule somatique. Dans le noyau de chaque cellule somatique, vous trouverez 44 autosomes, qui ne déterminent pas le sexe de l’organisme. Vous trouverez également deux chromosomes sexuels, qui déterminent le sexe de l’organisme.

Si un humain possède deux chromosome X, il est probable qu’il soit biologiquement féminin. Si un humain possède un chromosome X et un chromosome Y dans chacune de ses cellules somatiques, il est biologiquement ce que nous considérons un homme. Les gamètes, ou cellules sexuelles, sont les cellules utilisées pour la reproduction, et chez l’Homme elles ne se trouvent que dans les organes reproducteurs. Les ovules se trouvent dans les ovaires de la femme. Les spermatozoïdes se trouvent dans les testicules de l’homme.

Les cellules somatiques sont diploïdes, ce qui signifie qu’elles possèdent des chromosomes en paires homologues, un de chaque parent. Les gamètes sont haploïdes, ce qui signifie qu’ils ne possèdent qu’un seul chromosome de chaque paire à transmettre à leur descendance.

Cela signifie que chaque parent ne peut transmettre qu’un chromosome à sa progéniture. Une cellule somatique masculine possède les chromosomes sexuels X et Y, alors chacun de ses spermatozoïdes peut posséder un chromosome sexuel X ou Y. Mais puisque les chromosomes sexuels dans une cellule somatique féminine sont tous deux X, alors chaque ovule produit par une femme aura un chromosome sexuel X. Cela signifie que chaque progéniture ne peut hériter que d’un chromosome X depuis sa mère. La progéniture peut hériter soit d’un chromosome X, soit d’un chromosome Y depuis son père. Cela nous montre que le gamète responsable de la détermination du sexe du fœtus est le spermatozoïde.

Terminons notre leçon en prenant un moment pour revoir ce que nous avons appris. Dans cette vidéo, nous avons appris comment le sexe est déterminé par les chromosomes sexuels X et Y. Et nous avons appris comment le sexe est hérité par les chromosomes, trouvés dans les gamètes.

Nagwa utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus sur notre Politique de Confidentialité.