Vidéo question :: Comprendre Comment la Relecture Corrige les Erreurs Lors de la Réplication de l’ADN | Nagwa Vidéo question :: Comprendre Comment la Relecture Corrige les Erreurs Lors de la Réplication de l’ADN | Nagwa

Vidéo question :: Comprendre Comment la Relecture Corrige les Erreurs Lors de la Réplication de l’ADN Biologie • Troisième secondaire

Lorsque des erreurs de réplication de l’ADN se produisent, le brin nouvellement formé peut être reconnu comme n’étant pas complémentaire du brin d’origine. Quelle enzyme est responsable de la correction de ces erreurs?

02:56

Transcription de la vidéo

Lorsque des erreurs de réplication de l’ADN se produisent, le brin nouvellement formé peut être reconnu comme n’étant pas complémentaire du brin d’origine. Quelle enzyme est responsable de la correction de ces erreurs?

Vous vous souvenez peut-être que chaque nucléotide de l’ADN contient un groupe phosphate, un sucre pentose et l’une des quatre bases azotées potentielles, soit la guanine, l’adénine, la cytosine ou la thymine. Les bases forment des liaisons hydrogène entre elles. Et ce sont ces liaisons qui maintiennent ensemble les deux brins de la double hélice dans une molécule d’ADN, mais elles ne le font pas au hasard. Comme vous pouvez le voir sur la figure, la guanine forme des liaisons avec la cytosine et l’adénine forme des liaisons avec la thymine, et c’est toujours le cas. Ce phénomène est connu sous le nom d’appariement des bases complémentaires. Complémentaire peut s'écrire de deux façons distinctes avec deux significations très différentes. Remarquez que c’est, ici, écrit avec un É plutôt qu’un I car nous faisons référence à des paires de bases qui vont ensemble.

Voyons maintenant comment des erreurs peuvent conduire à ce qu'un brin d'ADN nouvellement formé ne soit pas complémentaire du brin d'origine. Au cours de la réplication de l’ADN, les deux brins de la double hélice sont déroulés par une enzyme appelée ADN hélicase. Une autre enzyme appelée ADN polymérase se déplace ensuite le long de chaque brin, ajoutant des nucléotides aux bases complémentaires pour construire deux nouveaux brins. Mais l’ADN polymérase n’est pas parfaite et elle commet une erreur environ une fois tous les 100 000 nucléotides. Cela signifie qu’un nucléotide est ajouté au nouveau brin sans être complémentaire du nucléotide correspondant du brin d’origine.

Imaginez si on vous demandait de copier un roman entier mot pour mot, vous feriez probablement aussi quelques erreurs. Mettez la vidéo en pause pendant quelques instants et voyez si vous pouvez repérer l’erreur sur l’un des nouveaux brins d’ADN. Rappelez-vous, dans notre schéma, les paires orange vont avec les bleues et les paires vertes avec les roses. Cherchez donc les bases colorées qui n'ont pas été appariées correctement. Avec un peu de chance, vous avez remarqué que la thymine a été incorrectement associée à la cytosine ici. Cela aurait dû être de la guanine. Corrigeons donc l’erreur.

Une chose pratique de l’ADN polymérase est qu’elle peut relire et corriger au fur et à mesure ses propres erreurs. Chaque fois qu’elle ajoute un nucléotide au nouveau brin, elle vérifie que sa base est complémentaire du nucléotide du brin d’origine. Si ce n’est pas le cas, l’ADN polymérase élimine le mauvais nucléotide et le remplace par le bon nucléotide avant de synthétiser le reste du nouveau brin. Bien que de telles erreurs n’ont souvent aucune conséquence, elles peuvent parfois conduire à des maladies graves comme le cancer, c’est pourquoi cette capacité de relecture est si importante.

Ainsi, l’enzyme responsable de la correction des erreurs lors de la réplication de l’ADN est l’ADN polymérase.

Rejoindre Nagwa Classes

Assistez à des séances en direct sur Nagwa Classes pour stimuler votre apprentissage avec l’aide et les conseils d’un enseignant expert !

  • Séances interactives
  • Chat et messagerie électronique
  • Questions d’examen réalistes

Nagwa utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site web. Apprenez-en plus à propos de notre Politique de confidentialité