Le portail a été désactivé. Veuillez contacter l'administrateur de votre portail.

Vidéo de question : Identifier les réponses immunitaires impliquées dans deux infections par des agents pathogènes différents Biologie

Une personne est infectée par une souche de rhinovirus entraînant un rhume. Quelques semaines plus tard, elle est infectée par une souche de morbillivirus qui cause la rougeole. En supposant que c'est la première fois que cette personne est exposée au virus de la rougeole, laquelle des affirmations suivantes est correcte? [A] La personne aura une réponse immunitaire secondaire au morbillivirus et produira rapidement des anticorps pour combattre cette infection. [B] La personne ne présentera pas de réponse immunitaire secondaire au virus de la rougeole parce qu'elle a été infectée par deux agents pathogènes différents. [C] La personne aura un système immunitaire beaucoup plus faible après avoir été infectée par un rhume et ne survivra pas à l'infection par la rougeole. [D] Lors de l'infection initiale par le virus du rhume, la réponse immunitaire primaire de la personne produira des anticorps pour lutter contre un large éventail d'infections virales et bactériennes.

04:49

Transcription de vidéo

Une personne est infectée par une souche de rhinovirus entraînant un rhume. Quelques semaines plus tard, elle est infectée par une souche de morbillivirus qui cause la rougeole. En supposant que c'est la première fois que cette personne est exposée au virus de la rougeole, laquelle des affirmations suivantes est correcte? Option (A), la personne aura une réponse immunitaire secondaire au morbillivirus et produira rapidement des anticorps pour combattre cette infection. Option (B), la personne ne présentera pas de réponse immunitaire secondaire au virus de la rougeole parce qu'elle a été infectée par deux agents pathogènes différents. Option (C), la personne aura un système immunitaire beaucoup plus faible après avoir été infectée par un rhume et ne survivra pas à l'infection par la rougeole. Ou option (D), lors de l'infection initiale par le virus du rhume, la réponse immunitaire primaire de la personne produira des anticorps pour lutter contre un large éventail d'infections virales et bactériennes.

La question porte sur une personne qui est infectée par une souche de rhinovirus suivie par une souche de morbillivirus quelques semaines plus tard. Nos options de réponses traitent des réponses immunitaires primaires et secondaires. Oublions les réponses pour le moment; faisons un peu plus de place pour examiner ces réponses immunitaires avant d’essayer de répondre.

Les réponses immunitaires primaires et secondaires sont des réponses effectuées par le système immunitaire adaptatif, ou acquis. Le système immunitaire adaptatif utilise des cellules immunitaires spécialisées, en particulier les lymphocytes B et T, pour lutter contre un agent pathogène. Il est dit adaptatif parce qu'il apprend à reconnaître l'agent pathogène après une première infection, de sorte qu’il est adapté à cet agent pathogène au cas où celui-ci infecterait l’organisme une deuxième fois. Une infection combattue avec succès renforce donc le système immunitaire car il est difficile pour un pathogène de provoquer une infection dans un organisme qui le reconnaît. La réponse immunitaire primaire a lieu lorsque le système immunitaire rencontre un agent pathogène pour la première fois. Il s'agit d'un processus lent car l'organisme n'est pas encore prêt à reconnaître les antigènes de l'agent pathogène envahissant.

Un antigène est une structure spécifique de l'agent pathogène lui-même ou des toxines qu'il sécrète. Au cours de cette phase de reconnaissance, les lymphocytes B et T apprennent à reconnaître l’antigène spécifique de ce pathogène. Au cours de la réponse immunitaire primaire, les cellules capables de reconnaître le pathogène se clonent. Ce processus s’appelle l’expansion clonale. Certains des clones sont activés pour combattre l’infection. Par exemple, les lymphocytes B deviennent des plasmocytes qui sécrètent des anticorps. Certaines se transforment en cellules mémoire parmi les cellules immunitaires actives, capables de survivre pendant de nombreuses années dans les organes immunitaires. Le système immunitaire mémorise en quelque sorte l'antigène spécifique afin de pouvoir mettre en place une réponse plus rapide si le même agent pathogène venait à le réinfecter plus tard.

Une fois le pathogène détruit, les cellules activées meurent, mais un pool de cellules mémoire demeure. Si le même pathogène infecte l’individu une deuxième fois, les cellules mémoire le reconnaîtront et déclencheront la réponse immunitaire secondaire. La réponse immunitaire secondaire est beaucoup plus rapide que la réponse immunitaire primaire car en reconnaissant l’envahisseur étranger, davantage de cellules immunitaires dirigées contre le pathogène peuvent être créées rapidement. Si le même pathogène infecte l’individu une deuxième fois, les cellules mémoire le reconnaîtront et déclencheront la réponse immunitaire secondaire. Comme le montre le graphique, la réponse secondaire commence presque immédiatement et est beaucoup plus rapide que la réponse immunitaire primaire. En raison de la reconnaissance rapide de l’agent envahissant, davantage de cellules immunitaires dirigées contre le pathogène peuvent être rapidement créées.

Maintenant que nous avons revu du fonctionnement des réponses immunitaires primaire et secondaire, examinons de nouveau nos options de réponse. Nous venons de voir que si une personne est réinfectée par la même souche d’agent pathogène, une réponse immunitaire secondaire aura lieu. Par conséquent, si la personne était réinfectée par la même souche du rhinovirus, une réponse immunitaire secondaire aurait lieu. Mais on nous dit que la personne est infectée par un autre virus, le morbillivirus. Les cellules mémoires étant spécifiques de leur agent pathogène respectif, l'individu subira une autre réponse immunitaire primaire, cette fois contre le morbillivirus.

Maintenant que nous avons étudié cette situation en détail, nous sommes en mesure de répondre correctement à notre question. En réponse à la question «laquelle des affirmations suivantes est correcte?» nous devrions sélectionner l’option (B). La personne ne présentera pas de réponse immunitaire secondaire au virus de la rougeole, car elle a été infectée par deux agents pathogènes différents.

Nagwa utilise des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. En savoir plus sur notre Politique de Confidentialité.